RENFORCER LE SOUTIEN POLITIQUE ET FINANCIER A LA LUTTE CONTRE LA TUBERCULOSE

Date de publication
mer 24/03/2021 - 10:00
Catégorie

Directeur exécutif et fondateur de l’ONG de plaidoyer Action Santé Mondiale/Global Health Advocates (GHA) et expert en santé mondiale, Patrick Bertrand est membre du comité de pilotage de L’Initiative. L’objectif de son plaidoyer : convaincre les décideurs de renforcer le soutien politique et financier à la lutte contre la tuberculose.

Zone centrale
Titre du bloc
Quels sont les grands enjeux de la lutte contre la tuberculose ?
Contenu du bloc

 

La tuberculose est une maladie de la pauvreté : la promiscuité, la malnutrition et les conditions de vie insalubres favorisent le réveil du bacille et le déclenchement de la maladie. Il faut rappeler qu’elle est évitable et qu’elle peut se soigner dans la grande majorité des cas grâce aux traitements antibiotiques antituberculeux. Pour autant, elle était la maladie infectieuse la plus meurtrière à l’échelle mondiale avant la Covid-19. Pourquoi ? Parce ce qu’elle touche les populations défavorisées et vulnérables des pays les plus pauvres et que les ressources déployées dans ces pays à forte incidence de la maladie sont loin d’être suffisantes. Ce scandale sanitaire est une tragédie pour les millions de personnes atteintes.

 

Zone centrale
Titre du bloc
Quels sont les messages portés par Global Health Advocates (GHA) sur la tuberculose ?
Contenu du bloc

 

En 2018, les pays développés ont pris des engagements lors d’un sommet des Nations unies à New York. Il s’agissait spécifiquement de traiter 40 millions de personnes atteintes de tuberculose avant 2022, de mettre un terme à la pandémie avant 2030 et de lever 15 milliards de dollars par an pour la recherche et le développement afin d’atteindre cet objectif. Deux ans après, faute de volonté politique réelle, force est de constater que les investissements ne sont pas à la hauteur des engagements. De surcroît, 12 mois de pandémie de Covid-19 nous ont fait perdre 12 ans d’avancée dans la lutte contre la tuberculose selon les dernières données publiées par le partenariat Halte à la tuberculose.

Le problème, c’est que la tuberculose intéresse peu l’industrie pharmaceutique. Pourtant, 10 millions de nouveaux cas par an selon l’OMS devraient suffire à justifier de lourds investissements pour renouveler les outils de traitement, obsolètes pour la plupart, en particulier face à la forme multirésistante de la maladie. Quant au vaccin BCG, développé en France il y a près de 100 ans, on sait aujourd’hui qu’il n’est pas efficace chez l’adulte. Sans compter qu’une stratégie de lutte contre la stigmatisation des personnes infectées et pour le droit de patients reste aussi à construire.

 

Zone centrale
Titre du bloc
Quelle est la plus-value de L’Initiative dans la lutte contre la tuberculose ?
Contenu du bloc

 

Je pense qu’elle contribue à construire des réponses innovantes aux trois grandes pandémies et à en renforcer les effets sur les populations, notamment sur le plan communautaire, une dimension peu prise en compte par les États. Le rôle de L’Initiative est donc essentiel, d’autant plus que la tuberculose est encore le parent pauvre des trois grandes pandémies.

 

« L’Initiative contribue à construire des réponses innovantes aux trois grandes pandémies et à en renforcer les effets sur les populations, notamment sur le plan communautaire, une dimension peu prise en compte par les États. »

 

Titre du bloc
Comment L’Initiative pourrait-elle aller plus loin ?
Contenu du bloc

 

L’Initiative a appuyé ou rendu possible de nombreux projets novateurs sur le terrain. Il faut le faire savoir ! Pour moi, l’effort doit être porté sur la sensibilisation aux actions de L’Initiative et sur son utilité concrète dans la réponse. L’Assemblée nationale vient d’adopter, en première lecture, une loi sur le développement qui grave dans le marbre l’importance de la lutte contre les trois pandémies et une augmentation des budgets de l’aide publique au développement qui y sont consacrés. À nous d’adopter un plaidoyer adéquat pour que la lutte contre la tuberculose ne soit pas une nouvelle fois la plus mal servie.

 

Titre du bloc
Le comité de pilotage a demandé à L’Initiative de travailler sur la question de la rémunération des acteurs de santé communautaire. Pourquoi avoir formulé cette demande ?
Contenu du bloc

 

Les maladies infectieuses, et particulièrement la tuberculose, sont étroitement liées aux déterminants sociaux de la santé, à savoir les conditions dans lesquelles on vit et on travaille. De ce point de vue, les organisations communautaires jouent un rôle déterminant : elles permettent d’atteindre les populations ciblées jusque dans les zones les plus reculées, de les sensibiliser aux bonnes pratiques d’hygiène, de repérer les cas contacts et de lutter contre la stigmatisation pour que les malades ne soient pas rejetés et acceptent de se soigner. Pour toutes ces raisons, leur travail mérite d’être davantage reconnu. C’est même une nécessité. Il faut renforcer leur formation, et leur accorder une juste rémunération pour qu’ils acquièrent un véritable statut. Il y a là un véritable enjeu pour un passage à l’échelle dans la lutte contre la tuberculose.

 

x

Recevez "La nouvelle Initiative"

Inscrivez-vous à notre newsletter "La nouvelle Initiative". En renseignant votre adresse e-mail, vous acceptez qu’Expertise France vous communique son actualité. Nous traiterons votre adresse e-mail conformément à notre politique de gestion de données personnelles. Nous vous invitons à la consulter afin de connaitre vos droits.