AccueilL'engagement de la France › Le Ministère des Affaires étrangères et du Développement international

Le Ministère des Affaires étrangères et du Développement international

La Direction générale de la mondialisation, du développement et des partenariats (DGM)

La Direction générale de la mondialisation, de la culture, de l’enseignement et du développement international (DGM) a été créée en avril 2009 dans le cadre de la réorganisation du MAEDI, pour permettre à la diplomatie française de mieux anticiper, identifier et répondre aux défis de la mondialisation. Cette direction définit et met en œuvre, en liaison avec les administrations concernées et en partenariat avec l’ensemble des organisations internationales et acteurs concernés, l’action de la France relative aux enjeux globaux, au développement durable, à la coopération internationale, à la politique d’influence et aux grandes politiques sectorielles, notamment dans le cadre des enceintes multilatérales relevant de ses domaines de compétence.

 

Elle contribue à la coordination par le ministère des mesures visant à renforcer l’attractivité internationale de la France. Elle promeut l’expertise française et anime les réseaux de l’État à l’étranger sur ces questions. Elle assume la responsabilité des programmes budgétaires relatifs à la coopération internationale et au développement arrêtés dans les lois de finances et relevant du ministère.

 

Elle assure, pour le compte du ministère des affaires étrangères et du développement international, la tutelle et le pilotage stratégique des opérateurs de l’action extérieure de l’Etat.

 

Elle participe au pilotage stratégique de France Médias Monde et des opérateurs de la Francophonie, dont TV5MONDE.

 

Elle assure le secrétariat du comité des opérateurs de l’action extérieure de la France, qui réunit régulièrement, sous la présidence du ministre des Affaires étrangères et du Développement international, l’ensemble des opérateurs et des partenaires qui contribuent à l’action extérieure de la France, en vue d’en coordonner les actions et d’assurer ainsi son unité et sa cohérence. Elle suit les travaux des comités des opérateurs placés sous l’autorité des ambassadeurs au service de ces mêmes objectifs.

 

Elle met en œuvre la stratégie de l’État en matière d’appui à la coopération décentralisée et veille à la cohérence entre l’action extérieure de l’Etat et celle des pouvoirs publics locaux. Elle anime les relations avec les acteurs non étatiques français impliqués dans les relations internationales.

 

 Télécharger l’organigramme de la DGM

 

 

Organigramme DGM Janvier 2017

 

Michèles Boccoz, Ambassadrice chargée de la lutte contre le Sida et les Maladies Transmissibles

L’Ambassadrice chargée de la lutte contre le sida et les maladies transmissibles porte la voix de la France dans le domaine de la lutte contre les trois pandémies à l’international.

 

Elle représente la France au sein des principales organisations internationales et françaises impliquées dans cette lutte. Elle est notamment membre du Conseil d’administration du Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, d’UNITAID, d’ONUSIDA et dirige la délégation française au Conseil de Coordination du programme commun des Nations Unies pour le VIH/sida. Elle participe également à un certain nombre de comités techniques de ces organisations, contribuant ainsi à l’orientation politique et stratégique de celles-ci.

 

A travers ces fonctions, l’Ambassadrice communique la vision politique de la France dans le domaine du VIH/sida et des maladies transmissibles et contribue à la traduire en propositions concrètes. Elle conduit un dialogue régulier avec les instances dirigeantes des organisations travaillant sur ce thème, avec les autres donateurs, avec les pays du sud, en particulier francophones, le secteur privé, ainsi que les organisations non gouvernementales et les opérateurs français actifs dans le plaidoyer et la prise en charge des trois pandémies dans les pays en développement.

 

Par ailleurs, dans son domaine, l’Ambassadrice relaie le plaidoyer français pour l’inscription des droits de l’Homme, de l’égalité hommes-femmes et de la lutte contre toute discrimination dans l’ensemble des programmes soutenus, tout en promouvant la mise en place de solutions innovantes et la recherche accrue d’efficacité et d’impact. Elle s’assure que les intérêts des pays prioritaires pour l’aide au développement de la France sont préservés et que leurs besoins spécifiques sont pris en compte. L’Ambassadrice siège au Comité de pilotage de l’Initiative 5%.

La direction des du développement durable (DDD)

Au sein de la DGM, la Direction du développement durable se consacre à l’analyse des enjeux globaux et des stratégies françaises. Elle apporte ainsi des réponses concrètes à l’échelle multilatérale aux enjeux de la vie quotidienne (lutte contre les pandémies et renforcement des systèmes de santé, protection de l’environnement dont la lutte contre le changement climatique, sécurité énergétique, alimentaire, gestion durable des ressources naturelles, promotion de l’égalité des genres…) et œuvre à la convergence des processus internationaux relatifs à ces questions (dont par exemple les Objectifs du Développement Durable des Nations unies).

La sous-direction du développement humain (HUMA)

La sous-direction du développement humain (HUMA) élabore, en liaison avec la société civile et l’ensemble des partenaires concernés, les stratégies sectorielles au titre de l’action internationale de la France, notamment pour la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement. HUMA assure la promotion, le pilotage et le suivi de la stratégie française en santé et en développement humain (éducation, démographie, migration et genre) et elle coordonne les positions françaises au niveau des différentes organisations internationales. Elle anime enfin le réseau des conseillers régionaux en santé mondiale (CRSM) et de ses experts techniques internationaux (ETI) en santé qui ont un rôle majeur de mise en synergie des initiatives françaises sur le terrain et de suivi des pays dans leur lutte contre le VIH. La stratégie française de coopération en matière de santé dans les pays en développement (PED) donne la priorité à la lutte contre les 3 pandémies les plus tueuses -et la lutte contre le sida est une priorité-, à la couverture vaccinale universelle, à la crise des ressources humaines en santé, à la couverture du risque maladie ainsi qu’à la politique du médicament.

En savoir plus sur l’action de la France dans le domaine de la santé mondiale

    • D’assurer la promotion, le pilotage et le suivi de la stratégie française de coopération en matière de santé sur la base de la stratégie santé adoptée par le comité interministériel de la coopération internationale et du développement (CICID) en animant le dialogue sectoriel MAEDI / AFD / Ministères techniques / Autres acteurs français / Postes diplomatiques ; le pôle doit en assurer la promotion, le suivi et la révision.

    • De coordonner les positions françaises au niveau des conseils d’administration des grandes initiatives mondiales en faveur de la Santé soutenues par la France (Fonds mondial de lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme, UNITAID, GAVI, IHP+, Alliance pour les ressources humaines, Providing for Health….).
    • D’assurer le portage des positions françaises dans les enceintes internationales, notamment a Bruxelles, dans le système des Nations Unies et au sein des banques de développement, par un soutien cible aux grandes initiatives mondiales en faveur de la Santé.
    • D’assurer l’animation du réseau des 10 conseillers régionaux et le soutien du dispositif d’expertise française essentiellement multilatéral (OMS, ONUSIDA, FNUAP, UNICEF, RBM, Stop TB, ….).
    • D’assurer la coordination/ complémentarité en matière de recherche et d’enseignement supérieur en santé avec la Direction de l’attractivité.
    • De suivre les OMD 4, 5 et 6 et une partie de l’OMD 8.

La sous-direction du développement humain assure le pilotage de l’Initiative 5% et préside son Comité de pilotage.

 

Les capacités d’intervention de la France sur les terrains de la coopération sanitaire sont multiples, au bénéfice d’une présence très diversifiée.
La France mobilise son réseau diplomatique notamment à travers ses ambassades, son réseau de conseillers régionaux en santé mondiale (CRSM) et ses experts techniques internationaux.

Les conseillers régionaux en santé mondiale (CRSM)

Les CRSM sont chargés, entre autres, du suivi des activités liées au Fonds mondial, des activités des 4 Agences des Nations Unies appuyées dans le cadre du Fonds de Solidarité Prioritaire (FSP) multilatéral Muskoka et d’autres modalités de coopération en santé (coopération décentralisée, coopération régionale, inter universitaire, etc.).

 

Dans le cadre de l’Initiative 5%, ils sont chargés de l’analyse des demandes d’expertise court terme reçues au titre du Canal 1, et assurent un suivi des activités mises en œuvre.

 

Ils sont répartis selon des zones géographiques stratégiques afin d’assurer la meilleure couverture des régions prioritaires.

 

 

Conseiller Régional en Santé mondiale (CRSM) Zone géographique couverte Résidence

 Jean-Marie Milleliri

jean-marie.milleliri@diplomatie.gouv.fr

 

Mali, Niger, Burkina-Faso, OOAS (Organisation Ouest Africaine en Santé), UEMOA
Equipe inter pays OMS de Ouagadougou
Bamako
Jean-Pierre LAMARQUE
Jean-Pierre.LAMARQUE@diplomatie.gouv.fr
Sénégal, Gambie, Cap-Vert, Guinée, Guinée Bissau, Mauritanie, Sierra Leone
Bureaux régionaux UNICEF, PAM, ONUSIDA, PNUD
Dakar

Saran BRANCHI

saran.branchi@diplomatie.gouv.fr

Bénin, Togo, Cote d’Ivoire, Nigeria, Liberia, Ghana Cotonou
Caroline COMITI
Caroline.COMITI@diplomatie.gouv.fr

 

Cameroun, RCA, Tchad, Guinée Equatoriale, Sao Tomé
OCEAC (Organisation Contre les Endémies en Afrique Centrale)
Yaoundé
Hélène DEGUI
Helene.DEGUI@diplomatie.gouv.fr
Congo, RDC, Angola, Gabon
Bureau OMS & Equipe inter pays OMS de Libreville
Brazzaville
Christian TOSI
Christian.TOSI@diplomatie.gouv.fr
Kenya, Ouganda, Tanzanie, Burundi, Rwanda, Ethiopie, Erythrée, Yémen, Djibouti, Soudan, Somalie, Union Africaine Nairobi

Ariele BRAYE

Ariele.BRAYE@diplomatie.gouv.fr

Afrique du Sud, Botswana, Lesotho, Malawi, Namibie, Zambie, Zimbabwe, Swaziland, Mozambique
SADC
Pretoria

Dr. Christine BELLAS-CABANE christine.bellas-cabane@diplomatie.gouv.fr

Madagascar, Maurice, Comores, Seychelles
Commission Océan Indien COI
Tananarive

Eric FLEUTELOT

eric.fleutelot@diplomatie.gouv.fr

Birmanie, Thaïlande, Viet-Nam, Cambodge, Laos, Indonésie, Philippines, Singapour
ASEAN
Bangkok
Benoît TAMALET
Benoit.TAMALET@diplomatie.gouv.fr
Arabie Saoudite, Bahreïn, Emirats Arabes Unis, Irak, Iran, Koweït Ryad

Les experts techniques internationaux (ETI)

La France est également présente sur le terrain à travers son réseau d’experts techniques internationaux, placés auprès d’Organisations Internationales (ONUSIDA, OMS…), de l’Union Européenne ou de ministres de la Santé.

 

Site du Ministère des Affaires étrangères et du Développement international

Les différentes directions et délégations
    • Direction des entreprises, de l’économie internationale et de la promotion du tourisme
    • Direction du développement durable
    • Direction de la culture, de l’enseignement, de la recherche et du réseau
    • Délégation des programmes et des opérateurs
    • Délégation pour l’action extérieure des collectivités territoriales
    • Délégation pour les relations avec la société civile et les partenariats